Francotte

Revolver 1870.

Revolver de Francotte, DA, calibre 455, N° de série 502, canon : 165 millimètres, longueur hors tout : 292 millimètres

Marques : sur le côté gauche derrière le canon : A FRANCOTTE (incomplet), A LIÈGE, 502 sur le côté droit au-dessous du barillet : couronne/AF sur le côté droit derrière le canon : marque illisible sur l'armature gauche sous la poignée : couronne/AF, HC à droite de l’armature sous la poignée : R

Francotte

Voici un Francotte en calibre 500 Webley ou Eley. En août 1877 il a été présenté à un fonctionnaire (probablement armée ou police provinciale) dans une des provinces d'Argentine.

La gravure sur le revolver se lit comme suit :

El Gobierno de la Provincia CC, Al Capitan Doroteo Valenzuela, 14 Agosto 1877, Chapon, Buenos Ayres.

Je n'ai rien pu découvrir au sujet de ce capitaine, en partie parce que je ne sais pas ce que "CC" signifie, cela pourrais être une indication de province, qui dans ce cas pourrait être Corrientes ou peut-être un autre de trois provinces différentes qui commencent par C. Puisque cela a été gravé à Buenos Aires, il se peut fort bien que CC représente l'unité militaire dans laquelle Valenzuela était en activité, peut-être : Cuerpo de Caballería.

De toute façon, cette information ne nous donne pas l’origines du revolver. Je ne suis pas sûr que ce revolver est de Francotte (un modèle militaire ou civil ?), ni quand il pourrait avoir été fabriqué (certainement avant 1877). Beaucoup d’officiers de l’armée argentine ont dû acheter leur propre arme d’ordonnance. Celle-ci a certainement été achetée par la province elle-même, mais n'était probablement pas une arme achetée par un contrat gouvernemental avec les fournisseurs européens, presque certainement elle a été achetée dans une boutique ou un détaillant à Buenos Aires.

Richard

Le REVOLVER FRANCOTTE

En 1875, le Ministère de la Guerre serbe demanda à Smith&Wesson une offre pour la fourniture de 2.500 revolvers à brisure "modèle 1874" (mieux connu sous le nom de "Modèle Russe"). Ils passèrent cependant commande auprès de la firme Francotte.

Le nombre exact de revolvers commandés à Francotte n'est pas connu, mais on a toutes les raisons de penser que la commande était du même ordre de grandeur que la demande d'offre.

 L'armée serbe ayant officiellement accepté une partie de ces revolvers en 1875, l'auteur Muller a dénommé ceux-ci "modèle 1875". L'arme elle-même avait cependant déjà été développée par Francotte dès 1869. En se basant sur cette dernière année, on peut considérer cette arme comme étant la plus ancienne arme de poing réglementaire Européenne à percussion centrale.

La même année (1869) voit également la naissance du fameux Gasser autrichien, qui sera adopté en 1870 par l'armée austro-hongroise.

Les deux revolvers présentent de grandes similitudes. En premier lieu la baguette d'éjection fixée au canon, disposition qui la protège beaucoup mieux des risques de pliage.

La ressemblance la plus frappante est cependant constituée par le ressort de sécurité situé à l'extérieur, du côté droit de la carcasse.

Ce ressort plat est muni d'un plot transversal qui bloque le chien dans une position de sécurité. Une fois au cran d'armé, le chien repousse ce ressort lorsqu'il tombe à l'abattu pour percuter.

Ce principe avait déjà été breveté par Francotte en 1865 et se retrouve sur d'innombrables revolvers à broche. Ces revolvers plus anciens se caractérisent, comme d'ailleurs le Gasser, par une construction ouverte en trois pièces. La ligne de visée de ces armes est forcément courte parce que le cran de mire ne peut être placé que devant le barillet. L'innovation du revolver de Francotte est donc l'adoption de la carcasse fermée, qui rend l'arme beaucoup plus solide. De plus, la carcasse fermée permet une ligne de visée plus longue par le placement du cran de mire en arrière du barillet.

Une autre nouveauté est le placement d'un ressort en spirale autour de la baguette d'éjection, qui renvoie cette dernière en place après usage.

Une différence remarquable entre le Gasser et le "modèle serbe" est constituée par le système de blocage du barillet. Alors que le Gasser présente sur le pourtour du barillet une couronne de cames en relief, Francotte opte pour des cames creuses dans une couronne de renforcement sur le barillet. Cette disposition sera par la suite couramment utilisée dans le développement des revolvers.

L'auteur Muller cite le calibre de 12 mm pour le revolver Francotte. En l'absence de toute information subséquente, et considérant le peu de différence, ce calibre pourrait tout aussi bien être le 450.

LE REVOLVER REPRÉSENTÉ

D'un point de vue technique, le revolver décrit dans cet article est identique au modèle serbe. Seule la finition luxueuse le différencie de la sobre version militaire. L'arme est richement gravée jusqu'à l'avant du canon d'arabesques et de feuilles d'acanthe. Le placage d'or a cependant presque disparu. La crosse comporte 2 plaquettes en ivoire.

Le châssis porte la mention de calibre 450. Cette munition a été développée en 1868 pour le premier revolver Adams à percussion centrale. Ces cartouches étaient disponibles en Belgique chez Fusnot et en France chez SFM.

Le logo de la firme Francotte est représenté sur l'arme sous la forme des initiales AF couronnées. Comme d'habitude ce logo est repris sur le côté droit du châssis. Il semble que les poinçons aient été apposés avant la gravure et intégrés dans celle-ci tant bien que mal.

De plus, la mention "A. FRANCOTTE A LIEGE" se trouve en deux lignes sur le côté gauche du châssis. En dessous se trouve le n° de série. Cette inscription est identique sur le modèle serbe. Les poinçons apposés sur l'arme attestent de l'épreuve liégeoise à la poudre noire. Sur la bande du barillet portant les cames de blocage se trouve le typique poinçon ovale entourant les lettres ELG. L'absence de couronne au-dessus de l'ovale situe ce poinçon avant 1893. Ensuite on trouve le poinçon du contrôleur U surmonté d'une étoile, ce qui permet une datation postérieure à 1877. Sur le dessus du cadre figure le nom du détaillant, "G.BIGOT au HAVRE".

La firme liégeoise Auguste Francotte a une longue histoire. Fondée au début du 19ème siècle dans le but de produire en masse, elle se réorienta au cours du 20ème vers les armes de chasse de luxe. La production a hélas pris fin il y a peu dans la maison mère en Belgique, quoique le nom continue d'exister. Les produits de la maison Francotte connurent un succès mondial. L'exemple du premier revolver réglementaire à percussion centrale montre l'importante participation de cette firme au développement des armes de poing.

Revolver Francotte

 

REVOLVER BULL DOG R.I.C

 Ce revolver Bull-dog type Royal Irish Constabulary de calibre 380 à six coups présente des plaquettes de crosse en noyer en forme de bec de corbin. Elles sont finement quadrillées.

Il présente également une sûreté un peu inutile sur un revolver mais souvent réclamée par la clientèle allemande.

Il a été fabriqué en début du XXe siècle par la maison A. FRANCOTTE à LIEGE.

L’originalité de cette arme réside uniquement dans l’emplacement inhabituel du guidon au premier tiers du canon à partir du bâti.

La raison en est fort simple, il s’agissait de tourner les règlements douaniers sud-américains sur les armes courtes et de recouper le canon à bonne longueur une fois la frontière franchie.

FICHE TECHNIQUE

Longueur : 190 mm    – recoupé 120 mm – Hauteur : 100 mm   – poids 550 grs.

MARQUAGES

AF Couronné : - Auguste Francotte

R Couronné – N étoilé – ELG dans un ovale couronné : poinçons du banc d’épreuve liégeois.

GG

 

Fantastique revolver Francotte 12 coups.

Motif floral gravé sur la carcasse, le barillet, la détente, la tige de chargement et sur d’autres pièces. Crosse en bois, canon 6.25 pouces octogonal.

Marque du fabricant au dessus du canon, "A. FRANCOTTE A LIEGE" (Les revolvers Francotte étaient considérés comme les meilleurs européens de cette époque). Le côté gauche du canon est marqué "E. LEFAUCHEUX IN-er BREVETE".

Poinçon d’épreuve du banc de liège.

Francotte Auguste & Cie

REVOLVER LEFAUCHEUX / AUGUSTE FRANCOTTE / TRIPLE ACTION

Poids total : 958 grammes

Canon à 8 pans de 155 mm avec 2 guidons

Entrée barillet : 12 mm

Sortie canon : 11 mm

Date : après 1862 (dépôt du brevet)

Sur le dessus du canon, A. FRANCOTTE A LIEGE.

Sur le coté gauche du canon E. LEFAUCHEUX Invr BREVETE.

Sur le barillet finement décoré, AF avec une couronne, ELG dans un ovale (1811-1893) et un G couronné.

Sur la droite de la carcasse et la jonction du canon 2 fois AF couronné.

Crosse en bois (?) finement quadrillé avec anneau.

Sur la carcasse de la crosse, en haut, AF et en bas un G couronné.

L’ensemble finement gravé en parfait état de fonctionnement.

Acheté en Décembre 2005 chez Drouot à Paris

Guillaume VM

Revolver Francotte

Merci à Pierre Rolly pour les photos.

Francotte brevet Pryse

Cal. 45

Francotte "Top Break"

Vélodog Francotte

Très belle armes gravée et dorée Auguste Francotte & cie ; Liège, Belgique. Le vélodog est caractérisé par sa munition, mise au point par le Français d’origine Galand en 1894. Cette arme était initialement destinée à la protection des cyclistes contre les chiens errants qui constituaient un très gros problème à la fin du 19ième siècle. Possibilité pour laquelle cette arme a été classée en "arme de défense". La plupart des vélodogs ont un chien intérieur et une détente repliable. La principale différence par rapport aux autres pistolets de poche est le barillet plus long destiné à recevoir la munition 5.5mm. Plus tard, l’arme de base a été fabriquée en .22 et en 6.35mm d’origine.

Revolver hammerless Francotte

Et voila le même genre de revolver mais gravé et enluminé de filets d'or.

Cette fois le calibre est le 6,35mm.

Retour "FRANCOTTE"