Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation.

1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Jean VAN MAELE

Voici un beau fusil de chasse juxtaposé à crosse anglaise, chiens extérieurs, vendu par l’arquebusier bruxellois Jean Van Maele, arquebusier breveté, qui fut un moment fournisseur du roi de Serbie. Beaux canons en damas. Selon toute vraisemblance – à confirmer éventuellement par l’heureux propriétaire - , la pièce devant le pontet permet l’ouverture du fusil pour le chargement des cartouches et l’éjection des douilles (certains leviers à volute de ce type arment les chiens). Je ne suis pas parvenu jusqu’à présent à en trouver l’inventeur, d’autant que je ne sais pas exactement à quoi sert le levier.

Les marquages

ELG sur étoile dans ovale : acceptation entre 1846 et 1893

Perron : inspection depuis 1853

EL : épreuve provisoire depuis 1853

18.2 : calibre en mm, depuis 1889 , en principe un calibre 12. Comme je ne vois pas d’autres indications concernant le calibre, je suppose – sous toute réserve - que l’arme est antérieure à 1892.

Eugène Bernard, canonnier + EB sur H dans cercle couronné

Une fois de plus sous toute réserve : il est bien mis Eugène Bernard, mais d’où vient le H ? Tous les autres fusils d’Eugène Bernard n’ont pas le H…

GP

Jean VAN MAELE

L’arme

Il s’agit d’un revolver d’ordonnance de calibre 450 à percussion centrale et cadre fermé.

Le canon rayé est rond, avec un pan supérieur portant un guidon en demi-lune.

Le barillet à 6 chambres est lisse.

Le chargement semble se pratiquer par la portière latérale droite et le déchargement à l’aide de la baguette métallique pivotant sur un axe.

La détente sous pontet est lisse et incurvée.

La poignée en bois (de noyer ?) est d’une seule pièce et quadrillée.

Elle se retire en exerçant une traction sur l’anneau de dragonne.

VAN MAELE Jean n’a semble-t-il déposé qu’un brevet concernant un fusil de chasse, difficile dès lors d’expliquer plus précisément le fonctionnement de cette arme.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale verticale : acceptation définitive en usage de 1846 à 1893.

L étoilé : contremarque du contrôleur post 1877.

Période de fabrication

Des renseignements ci-dessus, il ressort que l’arme a été fabriquée entre 1877 et 1893.

Les marquages

DDL Bté : il s’agit à mon sens du marquage de l’armurier LEVAUX-STAES Dieudonné, fabricant d’armes à Blegny-Trembleur (Liège), lequel de 1870 à 1888 a déposé 11 brevets d’inventions concernant les pistolets et les revolvers.

Jean VAN MAELE Breveté à Bruxelles : arquebusier de SM le Roi de Serbie, 16 (puis 20) rue Grétry à Bruxelles – Maison fondée en 1866 -. L’intéressé est connu pour un brevet d’invention armurière déposé en 1866 (fusil de chasse).

VAN MAELE J et BODSON N. ont déposés le brevet 20626 du 14.12.1866 pour un perfectionnement apporté à la bascule d'un fusil se chargeant par la culasse.

Il est vraisemblable que l’intéressé ait utilisé comme base un revolver Levaux (Dieudonné) pour y adjoindre une éventuelle amélioration mais qui ne fait semble-t-il pas l’objet d’un brevet belge.

25 : il s’agit en toute vraisemblance d’un numéro de série.

GG

Les publicités en annexe font partie de la collection de Pierre-Henri que nous remercions.

Jean VAN MAELE

Carabine revolver à broche et à carcasse fermée.

Le barillet à 6 coups n’est pas cannelé.

Le canon est à huit pans.

La crosse est de type anglais.

Le pontet est à volutes.

L’arme est équipée de deux grenadières pour bretelle.

Le chargement se pratique par une portière latérale et le déchargement des douilles gonflées à l’aide d’une baguette métallique (manquante) fixée dans l’axe.

VAN MAELE arquebusier à BRUXELLES est connu pour un brevet en 1866. Il n’est pas certain qu’il soit le fabricant de cette arme mais plutôt le revendeur ?

GG

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"