Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation.

1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Spirlet Albert

Voici un très intéressant et certainement rare revolver d’Albert Spirlet, armurier à Liège, quai de la Boverie 31 à Liège. Il a déposé seize brevets entre 1860 et 1876. Il a déjà été largement évoqué sur le site.

Hormis l’inscription sur la bande supérieure du canon, on ne voit que le poinçon d’acceptation ELG sur étoile dans ovale, utilisé entre 1846 et 1893, et un T sous étoile, contremarque d’un contrôleur, utilisé entre le 27 janvier 1877 et 1968.

La Gazette des Armes a publié dans son numéro 334 de juillet-août 2002 un long article d’Henri Vuillemin sur ce revolver ABCD, sa genèse et ses concurrents. Il y évoque notamment un exemplaire qu’a eu entre les mains Jean-Pierre Bastié, possédant également, comme le revolver présenté ici, sur la bande supérieure, la même inscription « THE A.B.C.D. REVOLVER INV. AL. SPIRLET. PAT SEP. 2 :72 MARCH. 13 : 75 JAN.27 :77 APRIL 27.77 ». Je ne possède hélas pas cet article de Jean-Pierre Bastié, de sorte que

1° je ne sais pas ce qu’il a écrit sur ce revolver (mais cela pourrait changer puisque je suis en contact avec lui)

2° je ne sais pas s’il s’agit du même exemplaire, ou plutôt quel numéro il a. Celui qui nous est présenté porte, si je vois bien, le N° 644.

Plus intéressant est le fait qu’Henri Vuillemin signale qu’il n’a pas trouvé un  brevet Spirlet correspondant à cet revolver ABCD. Or, à mon humble avis en tout cas, le brevet 041364 qu’Albert Spirlet a déposé le 27 janvier 1877 semble bien correspondre au revolver présenté.

 

Certes, sur le dessin du brevet, les quatre pièces principales ne sont pas marquées ABCD, mais comme l’écrit Henri Vuillemin, il s’agit sans doute d’une « réplique » d’Albert Spirlet au « revolver Galand de Guerre surnommé également ABC ». Toujours est-il que le revolver ABCD d’Albert Spirlet se démonte et se remonte facilement en suivant les lettres.

Henri Vuillemin explique aussi le système d’éjection, « ingénieux mais compliqué à souhait. Dans le but d’obtenir un gain de temps dans les manœuvres d’extraction des étuis vides, l’inventeur s’est livré à un véritable pinaillage armurier en dotant le barillet d’une crémaillère supplémentaire sur sa face intérieure, venant en lieu et place de la bouterolle. Le mouvement de la baguette, grâce à un dispositif aménagé sur la partie droite de la carcasse et à l’intérieur du cadre, permet de faire pivoter à chaque fois le cylindre d’un sixième de tour, le chien ayant été préalablement placé au cran du demi-armé. »

Comme l’exemplaire figurant dans la GDA, le revolver présenté ici possède également l’huilier dans la crosse.

Nous reviendrons volontiers sur le sujet si d’autres renseignements devaient nous parvenir.

GP avec l’aide d’Henri Vuillemin, HPH et PHL.

Spirlet Albert

Voici un classique fusil de chasse juxtaposé à chiens extérieurs à crosse semi-pistolet. Les platines sont jaspées. Les canons sont en Damas Bernard. Je ne suis pas en mesure de lire l’inscription en caractères cyrilliques sur la mallette de transport de l’armurier revendeur.

Les marquages :

EL : épreuve provisoire depuis 1852

ELG sur étoile dans ovale couronné : acceptation entre 1893 et 1968

NON POUR BALLE : canon lisse choké , en vigueur entre 1878 et 1897

16.8 et 16.4 : canons chokés cal en mm à 22 cm de la culasse et à la bouche : en vigueur entre 1898 et 1910. Cela signifie que le calibre nominal pourrait être le 16. L’heureux propriétaire a certainement déjà essayé d’introduire une douille/cartouche… il aurait pu nous le communiquer.

A ce sujet, il y a problème puisque nous ne voyons pas - sur les photos qui nous été transmises en tout cas – de mention de calibre. Or, cette mention fut introduite en 1892 sur la forme - par exemple - 70 sur 20.6, à savoir 70 mm pour la longueur de la chambre et 20.6 pour le diamètre après l’épreuve facultative. Or, comme on l’a vu plus haut, l’arme a été éprouvée après 1893 et même en principe après 1898.

Perron : inspection depuis 1853

M et Z sous étoile : contremarques de contrôleurs entre 1877 et 1968

U couronné : ce poinçon ne peut être celui d’une contremarque d’un contrôleur entre 1853 et 1877. Mais quel est-il alors ?

PW : non identifié

HB : nous avons pensé un moment à un membre de la famille Bernard mais nous ne connaissons que Emile et Léopold ;

AS breveté couronné : il se pourrait qu’il s’agisse d’Albert Spirlet, avec l’accent sur le conditionnel étant donné que même si l’on trouve en bas du lien ci-dessous la même marque AS couronné dans la production d’Albert Spirlet, ce dernier était – à notre connaissance en tout cas - spécialisé dans les revolvers, et non dans les fusils de chasse.

GP

Spirlet avec plaque amovible

Un Spirlet en restauration (2004)

Merci à John W. pour les photos.

La pièce fabriquée pour remplacer la garde de détente cassée.

Superbe travail!

Le voila après restauration (2007)

Mise en place de la nouvelle garde de détente

Le nouveau guidon

La fabrication du nouveau chien

Et voila l'arme comme elle se présente maintenant

Spirlet Albert

Quai de la Boverie, 5 à Liège

Inscrit au banc d’épreuve de 1912 à 1939

Spirlet est connu en Europe comme étant l’inventeur du revolver au canon vissé basculant vers le haut et en arrière (type tip-up); en fait, ce type de revolver était déjà diffusé avant le projet de Spirlet qui du reste n’avança aucune revendication. Son brevet 2107/1870 couvrait un système de verrouillage et plus particulièrement un système d’éjection adapté au revolver tip-up (Tip-up, revolver dont le canon pliable peut être renversé à l’arrière.) où la goupille de l’axe sous le canon terminait dans une grosse protubérance; après l’ouverture de l’arme, un coup imprimé sur cette protubérance forçait la plaque d’extraction qui saillait du barillet pour éjecter les étuis vides.

Merci à "MAGAZIN ROYAL" pour les photos

Photos Littlegun

Spirlet 1869

Revolver Tip-Up - Cal. 11.5 (45 ?)

Gravé : "AL SPIRLET & CIE" "ACIER FONDU" et entièrement "ouvragé" d'un scène de chasse.

D'après le poinçon ce revolver aurait été produit après le 11 juillet 1893 et avant 30 janvier 1894 par Charles Spirlet "arquebusier" à Liège et descendant d'Albert Spirlet "inventeur" du modèle en 1870 (date d'un brevet portant sur le système d'éjection) lui-même descendant d'Edouard Spirlet.  La Cie Spirlet était à priori Quai de Boverie, 5 à Liège

Photos et commentaires envoyés gracieusement par J.Ph D. (avec mes remerciements)

Pistolet d'abattage du bétail Spirlet

Albert spirlet

Appareil tue bétail d’Albert Spirlet directement lié au brevet qui suit.

Si l’on se réfère à la date de dépôt du brevet qui suit on peu situer la fabrication de l’appareil après 1922.

Caractéristiques.

Poids : 750gr

Calibre : 7.8.

L’appareil porte les poinçons du banc d’épreuve de Liège, à savoir :

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre vive en usage de 1898 à 1968.

A étoilé : contre marque du contrôleur Mr Woit Nicolas en service de 1911 à 1940.

ELG étoilé dans un ovale couronné : en usage après 1893.

Le poinçon du Perron Liégeois : en usage du 16 06 1853 à nos jours.

AS dans un losange couronné : poinçon utilisé par Albert Spirlet.

Remarques :

Bien que le calibre soit 7.8 mm, j’ai relevé avec précision le diamètre de 7.56 mm dans le canon.

Max

Brevet Spirlet de cet engin.

Revolver AS couronné

Il s’agit d’un revolver vélo dog hammerless à détente repliable, chargement par portière latérale, déchargement à l’aide de la baguette servant d’axe de barillet, crossettes à palmettes façon ébène quadrillées

Les poinçons

Ce sont ceux du BE Lg soit :

ELG étoilé dans un ovale couronné : acceptation post 1893 ;

P et AD étoilés : contremarques des contrôleurs post 1877 ;

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre vive post 1898

Le fabricant :

AS couronné pourrait être Albert SPIRLET. (Évoqué sur le site) L’intéressé a fait usage de plusieurs marques comme AS dans un losange couché et couronné – AS dans un losange couché sans couronne – S dans un losange couché et couronné.

J’ignore la signification du D encerclé !

GG

Photos Littlegun

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"