Alfred et François Kinapen

Il s’agit d’un revolver à percussion centrale et à cadre ouvert. Le flanc droit est doté d’une clé en L qui lorsqu’elle est tournée vers l’avant (par pivotement) fait s’avancer le canon et le barillet dégageant ainsi ce dernier pour le chargement/déchargement ! Une petite latte métallique est installée sous le barillet et accompagne et soutient le bloc canon barillet lors de l’ouverture. Le barillet à ergot et la rondelle placée derrière le barillet sont solidaires de la platine grâce à cet ergot placé dans la périphérie. L’arme est dotée d’une crosse ne bois (noyer ?) de type renaissance et à balustre métallique.

L’arme porte un poinçon du banc d’épreuves liégeois Z couronné, indiquant un passage dans cet organisme entre 1853 et 1877.

L’arme porte également les marques suivantes :

ACIER FONDU : cela dit bien ce que cela veut dire. Ce système était souvent employé dans la fabrication des armes à LIEGE.

ROLANS DAIRES gravé sur le pan supérieur du canon : on pourrait penser qu’il s’agit de l’armurier (Français ?) ayant revendu cette arme. Cependant il n’est pas indiqué qu’il est armurier comme cela était couvent le cas. Ce personnage ne figure pas dans la liste des armuriers français (ni belges) du 19e siècle ? La question reste donc ouverte.

1340 : il devrait s’agir du n° de série de l’arme ?

Le fabricant : aucune marque de fabrique permettant d’identifier celui-ci n’est visible sur l’arme. Cela rend difficile dans ces conditions de rechercher un brevet. La mention « arme brevetée » n’y figure pas non plus, ce qui nous laisse à penser qu’il pourrait s’agir d’une copie !? Ce n’était pas chose rare à Liège.

GG

Le vendeur attribue cette arme à Kinapen, après tout c’est possible mais sans la moindre garantie !!

Peut-être en fonction de ce brevet de Kinapen ???

Photos Littlegun

Alfred et François Kinapen

Il s’agit d’un revolver à broche, à cadre ouvert et à six coups, calibre 7 mm

La clé placée sur le flanc droit libère le bloc canon-cylindre qui glisse vers l’avant sur l’axe de barillet pour le chargement/déchargement.

Je n’ai pas aperçu les poinçons du banc d’épreuves de Liège, cela limite l’identification !

Seule la marque KINAPEN F. BREVETE est bien lisible.

Il s’agit vraisemblablement du brevet n° 029967 du 27.01.72 déposé par Alfred et François KINAPEN dont le croquis figure en annexe du présent.

Ce croquis montre une arme à percussion centrale me semble-t-il mais avec la même clé d’ouverture.

Le fabricant-inventeur François KINAPEN dépose de 1855 à 1861 deux brevets pour un pistolet à capsules et un système de pistolet à capsules applicable à toutes espèces d’armes de salon. Il sera ensuite inscrit comme fabricant au banc d’épreuves de Liège de 1862 à 1863 sous la dénomination F.KINAPEN & Cie puis de 1863 à 1873 comme F.KINAPEN.

En 1872, KINAPEN Père et fils (Alfred et François) déposent encore un brevet pour une aiguille dans un tube s’adaptant à tous systèmes d’armes.

GG

Merci beaucoup à la "GALERIE REBOUL" pour ces belles photos.

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"