Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

N. J. Dessard

Revolver Dessard double action à six coups, calibre .442, canon de 139mm, longueur totale 259mm.

Il est garni d’inserts d’or et d’argent, possède des poignées en ivoire et les marquages suivants – sur le dessus: SCHOLBERG GADET, LIEGE, sur la gauche du canon : N J DRESSARD, BREVETE, ACIER FONDU, 1301, sur le côté du barillet: une marque du banc d’épreuve de Liège pré 1893.

Dessard

DESSARD Nicolas Joseph fils, maître armurier, rue Hayeneux, 183 à Herstal (1871-1873)  A déposé 3 brevets pour un nouveau système de carabine et des modifications à la fermeture et au tire-cartouches des revolvers basculants à percussion centrale.

DESSARD Nicolas Joseph (1863) a déposé 2 brevets pour un perfectionnement aux revolvers.

GG

N. J. Dessard

Revolver double action à détente repliable de H. J. Dessard, en boite à pipe: calibre approximatif .32, barillet 6 coups, canon de 5 3/4" hexagonal, marqué du côté droit "NOVEMBRE 1873/ROMA" et dans le coin droit "S.M. A PIETRO MARIOTTI". Le côté gauche du canon culasse porte "N.J. DESSARD/BREVETE/ ACIER FONDU" avec le n° 2419 et une couronne au dessus d’un U. Barillet canon et carcasse gravés de motif en bordure et floraux. Canon et barillet bleuté. Poignées en noyer vernies. Boite à pipe en cuir, intérieur en satin pourpre.

Merci à "CW SLAGE ANTIQUE" pour la photo.

REVOLVER DESSARD

C’est en 1871 que l’armurier Nicolas Joseph DESSARD fils rue Hayeneux, 183 à HERSTAL dépose un brevet pour un revolver à brisure, en double action et à extraction en étoile.

La platine est à simple et double effet, à chien rebondissant.

Le canon à huit pans porte sept rayures.

La crosse en poire est en noyer finement quadrillé

La détente est repliable sans pontet, l’arme doit être de petit calibre, du 7 mm vraisemblablement.

Elle est frappée du U couronné qui est une marque d’épreuve allemande.

Le guidon au milieu du canon est assez interpellant, ce type de dispositif était à ma connaissance destiné aux armes fabriquées pour l’exportation en Amérique du Sud où les armes de poing à canon court étaient interdites pour (déjà) des raisons de sécurité.

Après la frontière il était aisé de raccourcir le canon.

La plupart de ces armes sont fabriquées et commercialisées par LEPAGE mais il est bien sur possible que Victor COLETTE ait assuré une partie de la production (poinçon VC sur le bâti) c’était monnaie courante à l’époque.

GG

Merci à Greg Martin Auction pour les photos.

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"