Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Célestin Dandoy

Il s’agit d’un pistolet à silex de type marine hollando-belge. D’après le modèle visible sur le site, il serait de calibre 69. Le chien est de type "col de cygne".

Le canon lisse de 9 pouces est maintenu par un système à tiroir et par une vis sur la poignée. L’embouchure du canon est entourée d’un embout de laiton.

La platine est fixée par une contre-platine et seulement deux vis.

La poignée en noyer se termine par une calotte en laiton et un anneau de fixation.

L’arme porte plusieurs marques, à savoir :

ELG et étoile à 5 banches dans un ovale vertical : il s’agit du poinçon d’acceptation définitive, en usage de 1818 à 1893.

Viennent deux marquages moins identifiables car usagés :

a) Le premier est rond avec à l’intérieur deux outils croisés ( ?) et les lettres C & D de part et d’autre. Il pourrait, je pense, s’agir de la marque de fabrique de DANDOY Célestin (vie de 1807 à 1870) fabricant d’armes et échevin liégeois. Il aurait participé à la création de la Manufacture liégeoise d’armes à feu en 1866 et en aurait été le premier directeur.

b) Je n’ai malheureusement pu identifier le second marquage en fond creux qui est illisible.

Annexe : une page d’un catalogue DANDOY présentant des pistolets à silex.

GG

Dandoy C.

Dès 1851 Charles DANDOY travaille en association avec les armuriers MAILLARD et LUCQ pour importer des revolvers ADAMS. Il fabrique ensuite cette arme sous licence et des copies également sous licence du revolver BEAUMONT-ADAMS. Cette arme de construction solide porte la marque CD de l’armurier. Il est inscrit au banc d’épreuve liégeois de 1846 à 1865 puis de 1865 à 1867 sous la dénomination C. DANDOY & Cie.

Vers 1866, DANDOY rencontre le célèbre colonel LE MAT lequel cherche un fabricant pour son non moins célèbre revolver.

Devenu directeur de la MANUFACTURE LIEGEOISE D’ARMES A FEU rue du Vertbois, 54 à LIEGE, DANDOY revoit l’architecture de l’arme et la simplifie singulièrement.

GG

 

Du neuf sur C. Dandoy, premier directeur de la Manufacture Liégeoise d’Armes à Feu.

(Bull. M.A.L. n° 75 de sep. 1993 – Les revolvers et carabine à mitraille du docteur Le Mat au musée d’armes de Liège par C. Gaier)

Cette entreprise a vu le jour le 15 mars 1866 et ses statuts déposés devant maître Trokay, notaire à Liège.

Ces statuts viennent d’être redécouverts et nous apprennent la véritable identité du premier directeur de cette nouvelle entreprise. En effet, jusqu’à ce jour, nous pensions qu’il s’agissait de Charles Dandoy. Or il s’agit en fait de Célestin Dandoy, ancien juge au tribunal de commerce, domicilié à Liège et agissant pour la société en commandite établie à Liége sous le nom de C. Dandoy et Cie.

G.G.

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"