Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Courard

COURARD, Hubert, Joseph, fabricant d'armes, Argenteau (1864 - 1871) LIEGE (1865)

Il a déposé trois brevets d'invention pour carabines et pistolets.

COURARD Herman Joseph, fabricant d'armes, LIEGE (1874) a déposé un brevet en Belgique pour système de carabine.

GG & M.D

Courard

L’arme

Il s’agit d’un revolver à percussion verticale (broche) et à cadre ouvert de type Lefaucheux.

Le canon est rond et vraisemblablement rayé avec un guidon à grain d’orge surélevé.

Le barillet lisse est à six chambres. Le calibre n’a pas été communiqué.

La détente est sous pontet.

La baguette métallique coulisse dans un guide intégré à la console et est maintenue par un petit ressort à lame.

L’armement se pratique par la portière latérale droite se relavant grâce à l’action d’un ressort interne.

La crosse est constituée d’une armature métallique recouverte de deux plaquettes en ébène (ou fausse ébène) maintenues par une vis et deux rosettes à oreilles.

La crosse se termine par une calotte métallique et un anneau de suspension avec vis-pivot.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale vertical : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

N couronné : contremarque du contrôleur, en usage de 1853 à 1877.

Le fabricant

Un montant de crosse porte la marque COURARD. Deux armuriers portant ce nom sont connus, il s’agit de :

COURARD Herman Joseph, fabricant d’armes à Liège (1865-1874) Il a déposé un brevet pour un système de carabine et pour un arrêt de pistolet carabine.

COURARD Hubert, Joseph, de Argenteau Visé (près de Liège) De 1864 à 1871, l’intéressé dépose deux brevets pour un système d’armes à feu avec cartouches à double fond avec balles forcées et des perfectionnements à un système de fermeture de fusil, carabine et pistolet à un ou deux coups à charger par la culasse.

Ces deux fabricants sont de la même époque que la présente arme et sans prénom, il est bien malaisé de dire qui est le bon ?

La lettre M également visible sur le montant de crosse doit en principe appartenir à un sous-traitant.

La marque JUAN LOPEZ St MARTIN ET BUENOS AIRES gravée sur le canon est vraisemblablement la marque du revendeur argentin.

GG

Courard

Il s'agit d'un pistolet de salon de type FLOBERT en calibre 6mm annulaire vraisemblablement.

Le poinçon atteste de son origine liégeoise.

La crosse est de type Renaissance.

Ce type d'arme a été fabriqué par de nombreux armuriers liégeois.

GG

Courard N.

Un troisième artisan avec le nom Courard à Liège, N. Courard, figure sur 2 canons de ce pistolet de salon.

TBert

J'ai 2 COURARD mais pas de N. malheureusement.

GG

 Je vous ai donné tous les COURARD (2) que j’avais en stock.

Ca ne veut pas dire qu'il n'en existe pas d'autres...

Le nouveau est ignoré par le Stöckel et le Walter. Je ne peux rien vous dire de plus à son sujet.

Michel

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"