Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Victor Collette

L’arme

Il s’agit d’un revolver à broche et à cadre ouvert de type LEFAUCHEUX. Il est fabriqué en acier fondu, pratique courante à l’époque qui réduisait les coûts et les temps de travail. Le canon rond porte un guidon en demi-lune. Le barillet à 6 chambres est lisse. La baguette métallique coulisse dans un guide intégré à la console et est maintenue par un petit ressort à lame. Le chargement se pratique par la portière latérale droite qui se soulève grâce à l’action d’un ressort interne. La crosse squelette est recouverte de deux plaquettes de bois lisse (noyer ?) réunies par une vis transversale et deux rosettes à oreilles. Elle se termine par un anneau et sa vis-pivot.

Les poinçons

L’arme porte deux poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale vertical : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

V étoilé (si bien vu ?) : contremarque du contrôleur post 1877.

L’arme a donc été fabriquée entre 1877 et 1893

Les marques

La console porte la marque V. COLLETTE BREVETE, il s’agit de Victor COLLETTE fabricant d’armes  quai Saint Léonard, 60 à LIEGE qui fut inscrit au banc d’épreuves liégeois de 1836 à 1909. (Voir website)

GG

Victor Collette

COLLETTE Victor à Liège. Inscrit au banc d’épreuves de 1857 à 1861

Photos Littlegun

Victor Collette

Revolver à percussion centrale et cadre fermé.

Le canon est à huit pans avec guidon en demi-lune.

Le barillet à 6 coups est cannelé

L’armement se pratique par une portière latérale, placée sur le flanc droit de l’arme. Elle s’abaisse grâce à l’action d’un ressort interne.

La baguette pivote sur un axe et peut être introduite tour à tour dans les chambres.

Les deux plaquettes en bois, gutta-percha ou caoutchouc durci sont quadrillées et réunies par une vis transversale et deux rosettes de laiton.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

X couronné : contremarque du contrôleur, en usage de 1853 à 1877.

Le fabricant

L’arme porte le marquage du fabricant, à savoir :

V.C étoilé : marque du fabricant COLLETTE Victor à Liège. Inscrit au banc d’épreuves de 1857 à 1861 mais sa période d’activité est bien plus longue.

Il est l’auteur de 2 brevets pour une addition au système d’armes à feu et un canon à enveloppe propre à la fabrication et à la transformation des armes portatives.

La mention DONAGHY-VAN EGMOND AMSTERDAM appartient TRES vraisemblablement au revendeur hollandais !

GG

Victor COLLETTE

Description du Lefaucheux – V. Collette 9 mm à broche

Revolver Lefaucheux dit du troisième type ou encore appelé par les collectionneurs Américain "Stonewall Jackson model" d’après le célèbre Général des Confédérés "Thomas J. Stonewall Jackson".

Poids : 730 grammes

Longueur totale : 270 mm

Longueur du canon : 144 mm

Calibre : 9 mm à broche

Barillet : 6 coups, diamètre 38 mm, longueur 30 mm.

Fonctionnement : Simple et Double Action

Pontet sans repose doigt et calotte arrondie avec anneau.

Marquages et Poinçons

Sur Canon :

Sur le barillet :

Sur la carcasse :

· Sur la culasse NF

· 37 sur la portière de chargement

· au niveau de la fixation du canon, console gauche un numéro 9411 formant ainsi avec le numéro du canon, un numéro de fabrication 109411

· sur le bâti de la crosse des lettres GD et PS d’un côté et 46 de l’autre.

L’ensemble du bord de la culasse (Bouclier) protége intégralement de par sa largeur les ergots des broches. La carcasse, le pontet, la calotte et la crosse sont finement gravés de feuilles, de fleurs et de lianes.

Les plaquettes en bois sont finement quadrillées et au niveau de la jonction avec la carcasse, une gravure type "feuille".

La vis de maintien et les rosettes des plaquettes sont finement ciselées.

Sur le chien la crête est quadrillée et la tête est munie d’une fente permettant l’alignement avec le guidon en bout de canon lors du tir.

Guillaume Van Mastrigt

Victor COLLETTE

Poivrière à broche de type "Deprez" fabriquée par Victor Colette.

Contenue dans une "boite" un peu spéciale, sorte de boite à pipe en cuir garnie à l’intérieur de velours satin.

Le barillet à 6 coups et le calibre est 7mm, il mesure 1 7/8 pouces. Le mécanisme fonctionne en double action, la détente est repliable, le barillet est bleui et porte les marques du banc d’épreuve belge.

Alain

Victor Collette  (VC 54 et 40)

En annexe des photos d'un pistolet à chargement par gravité de Victor Colette, calibre 10,5 mm, n° de série VC 54. Normalement on rencontre des "grands" types mais par contre ici il s'agit d'un petit modèle avec des dimensions réduites. Longueur totale 19,5 cm.

L'autre photo vous montre un pistolet à un coup du même système, calibre 10,5 mm. Il ressemble exactement à un "grand" pistolet à chargement par gravité de Victor Colette, sauf que ici il n'y a pas de magasin au-dessus du canon, donc le chargement se fait balle par balle à la main.

En outre il est marqué au dessous du canon : VC 40 mais aussi "Herman - Seret - Breveté". (Voir photos)

Questions concernant le dernier pistolet :- Est-ce un Colette ou un Herman et qui est "Seret" ? (Peut-être un brevet de Herman acheté et fabriqué par Colette ?)

Sur votre site "Artisans identifiés" se trouve sous le nom de Victor Collette un pistolet exactement identique avec le n° de série VC 17. Peut-être aussi un Herman breveté ?

Remarque : Le nom de Colette est parfois écrit avec deux L ou un L. Apparemment il s'agit du même personnage, donc peut-être changer le titre dans : Victor Colette (Collette) ? Ce n'est qu'une suggestion.

 VISITEUR

 

Votre question à plusieurs tiroirs n’est pas des plus simples.

Je vais tenter d’y répondre le mieux possible.

a) COLETTE ou COLLETTE : à mon avis les deux sont bons car le QUI est Qui de l’armurerie liégeoise qui n’est bien sur pas la bible, fait état de :

 COLETTE Léon (BE 1881/1887)

COLETTE Léopold (BE 1862/1872)

COLETTE Victor (BE 1836/1909)

COLLETTE Victor (BE 1857/1861)

Alors mauvaise orthographe ou réalité ? La question reste posée. Notre avis est que les 2 VICTOR ne sont qu’une seule et même personne.

b) HERMAN : nous en rencontrons 14 à Liège au 19e siècle mais aucun HERMAN-SERET qui semble pourtant avoir existé au vu du marquage de l’arme. Pourtant j’ai quelques bribes sur un SERET à Liège ayant enregistré 2 brevets belges pour un fusil à aiguille. Un SERET est signalé dans le STÖCKEL mais pas à Liège.

 c) le petit pistolet à gravité et à aiguille de Victor Collette est bien de son cru au vu de la marque VC, un pistolet identique portant la marque VC 1050 est conservé au Musée d’armes de Liège. Il y est répertorié comme un Victor COLLETTE !

 d) le grand pistolet VC me fait penser à un système similaire au FLOBERT mais comment être plus précis sans manipuler l’arme. Que cette arme ait été perfectionnée par HERMAN-SERET et sanctionnée par un dépôt de brevet, la chose est très possible au vu du marquage de l’arme mais je n’ai malheureusement pas plus de renseignements.

GG

COLETTE VC 54

HERMAN SERET breveté - VC 40

Victor Collette  (VC)

Støckel : "à Liège, Fabricant, brevet en 1852 pour un pistolet à répétition"

Calibre ~.30 pour une cartouche semblable au Volcanic. A la différence du Volcanic et plus tard de Winchester, où la cartouche est poussée par un ressort dans la culasse, ce pistolet utilise la gravité pour laisser tomber la cartouche dans la culasse. Le magasin est au dessus du canon et le mouvement coulissant prend la cartouche suivante. Comme le Volcanic, ces pistolets employaient des cartouches avec amorce et poudre à l'intérieur de la balle, qui ont été produites par Loron et Gaupillat. Joli motifs gravés.

Le Liègeois Victor Collette a exposé à l'exposition universelle de Paris de 1855 une arme à rechargement automatique conçue judicieusement. Un tube pour environ quarante projectiles est placé au dessus du canon. En armant le chien jusqu'à la première bossette, il ouvre le logement et un levier fait entrer le projectile. En armant jusqu’à la deuxième bossette, la chambre se referme. Les projectiles sont creux et contiennent la matière explosive et la poudre. L'inventeur a désigné ce système à glissière. Le nettoyage de cette arme était difficile.

Avec l’autorisation de Horst Held

 

Victor COLLETTE

Le même type d'arme.

No VC471, marque MG couronné sur le côté droit de la culasse; canon de 9 1/8 pouces octogonal rayé; le magasin est monté sur le canon et porte les organes de visée ; simple action, carcasse et garde de détente gravée de rouleau, avec l’extrémité de crosse en acier assorti ; scène de chien de chasse gravée de chaque côté ; sûreté de chien coulissante ; poignée en noyer quadrillée. Longueur hors tout 14 5/8 pouces. Calibre .41.

Victor COLLETTE

Joli tromblon d’origine liégeoise comme l’indique le poinçon d’acceptation de l’épreuve de Liège (utilisé de 1846 à 1893).

L’arme est munie d’une crosse anglaise légèrement quadrillée, d’une platine à la française avec chien en col de cygne et serre pierre à boule percée d’un trou pour le serrage à l’aide d’une tige – pas de cran de vis !)

Le canon est a pan à partir du tonnerre sur environ ¼ de sa longueur, il devient ensuite rond puis évasé à la bouche (ovale)

La contre platine est réduite à deux simples vis et le pontet à sous-garde est légèrement décoré comme la platine.

La baguette en tête de clou est fixée sous le canon au moyen de deux passes baguettes

L’arme porte la marque VC 76. Il pourrait vraisemblablement s’agir d’une fabrication de Victor COLLETTE. 76 étant peut-être la date de fabrication (1876 ?).

GG

Merci à "ARSENAL.DE" pour les photos.

Victor Collette

Photos Littlegun

Victor Collette

Photos Littlegun

Victor Collette

Merci à Tbert pour les photos.

Victor Collette

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"