Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Charles CLEMENT (Peut-être !)

L’arme

Revolver à percussion centrale et à cadre fermé de type VELO-DOG. Le canon est à huit pans avec guidon demi-lune. Le long barillet est cannelé. Il comporte 5 chambres de calibre 6mm vélo-dog . Le chien à boule ne comporte pas de crête. La baguette pivote sur un axe et sert au désarmement du barillet.

L’alimentation se pratique par une portière placée sur le flanc droit et s’abaissant grâce à l’action d’un ressort interne.

La détente est droite, sans pontet, elle se replie sous la carcasse.

Les plaquettes sont constituées de ce qui semble être du caoutchouc durci et quadrillé. Elles sont réunies par une vis et deux rosettes en laiton.

Les poinçons

Il s’agit des poinçons du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre sans fumée, en usage de 1898 à 1968.

AL étoilés : contremarque du contrôleur post 1877.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

Les marques

L couronné : cette marque n’appartient pas au banc d’épreuves et résiste à l’identification, depuis longtemps. Il s’agit peut-être d’une marque de fonderie ?? 

Deux cercles entrelacés : je suis certain de connaître cette marque mais pas moyen de m’en rappeler exactement. Il est possible, sous toutes réserves, que ce soit une marque de Charles CLEMENT.

GG

 

Cette marque ressemble de plus à la marque des français Goupillat et Gévelot que voici :

Charles CLEMENT

Revolver liégeois CAP & BALL imitant le célèbre COLT NAVY 1851, bien qu’il n’y ait pas de photo de l’arme complète.

La gravure du barillet représente une évolution de navires devant un pont qui a donné à cette arme la dénomination assez fantaisiste de "BROOKLYN BRIDGE" dans le monde des collectionneurs.

Les poinçons

L’arme porte les marquages du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

A étoilé : contremarque du contrôleur post 1877.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

A couronné et Y couronné : la présence de ces deux poinçons (contremarque du contrôleur en usage de 1846 à 1877) est assez anachronique. Cette arme a peut-être récupéré un ancien barillet et est repassé au banc d’épreuves mais ce n’est qu’hypothèse ?

Manque à l’appel le poinçon ELG sur étoile dans un ovale couronné ou non ?

Les marques

38 CAL : indique le calibre de l’arme.

18 : est vraisemblablement un numéro de série.

Les marques CLEMENT ARMS C°  et CAP SYSTEM MANUFACTURES BY C. CLEMENT: indiquent que cette arme est sortie des ateliers de Charles CLEMENT fabricant d’armes rue Chéri à LIEGE.

GG

Clement Charles Ph.

Rue Chéri, 20b – Liège

Né à DOUR le 16.05.1846 et décédé à Liège le 13.05.1913.

Inscrit au banc d’épreuve de : 1905 à 1954

CLEMENT, Charles vient de FAGNUS et CLEMENT – en 1899 reprend NOSSENT L & S

Repris en 1954 par NEUMANN Frères.

 Il dépose le 19 novembre 1908, au greffe du Gouvernement provincial de Liège, une demande de brevet belge pour une arme automatique (n°212.172) dont le fonctionnement est basé sur le principe du verrouillage par inertie. Un peu moins de 2 ans plus tard, le 26 septembre 1910, le brevet principal de 1908 est complété par un brevet de perfectionnement pour cette même arme (n°229.440). C'est sous l'appellation de carabine semi-automatique Clément-Neumann, calibre .401 W.S.L., que l'on retrouve cette arme dans le catalogue Alfa de 1911.

Armes fabriquées: Clement 1903/1907/1908/1910/1912/Clement revolver, Clement Fulgor

 

 CLEMENT Charles Philibert Joseph

Fabricant d’armes

Rue Chéri, 29bis  Liège  (21/06/1893)

Rue Chéri, 47  Liège  (16/10/1895-1904)

Rue St-Gilles, 158  Liège  (1901)

Rue Chéri, 39  Liège  (1903)

Rue Chéri, 37  Liège  (08/1909-13/09/1912)

Dépôt marque de fabrique

            N° 619 – Liège 21/06/1893

            N° 620 – Liège 21/06/1893

            N° 760 – Liège 16/10/1895

Achat du brevet n° 165988 du 27/09/1902 à WARNANT-CREON Julien – armurier – à Liège, en date du 31/10/1902  (acte annexé au brevet ci-dessus)

35 brevets déposés en Belgique concernant des revolvers, pistolets et carabines

 La marque FULGOR a été déposée le 27.11.1912 par Charles Philibert CLEMENT qui est décédé la même année.

GG et MD

Charles Clément

Il s’agit effectivement d’un pistolet automatique FULGOR, tout acier, démontable simplement et rapidement. Il pèse 300 grammes.

Cette arme est la dernière arme inventée par Charles CLEMENT fabricant d’armes à LIEGE, avant sa mort.

L’arme qui semble avoir connu des jours meilleurs, porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de LIEGE, à savoir :

ELG étoilé dans un ovale couronné : acceptation post 1893.

AL accolés et étoilés : contremarque du contrôleur post 1877.

Perron : inspection post 1853.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre sans fumée, en usage de 1898 à 1968.

GG

CLEMENT Lucien

Fabricant d’armes

Rue Chéri, 47  Liège  (09/09/1897)

Nessonvaux  (1914)

Dépôt marque de fabrique

            N° 831 – Liège 09/09/1897

            N° 914 – Liège 10/04/1899

            N° 952 – Liège 19/10/1899

 

CLEMENT Mme veuve, née DOLMANS J.

Rue Forgeur, 5  Liège  (1913-1914)

4 brevets déposés avec Victor LOISELET

 

CLÉMENT par Hogg

Charles Ph. Clément, Liège, Belgique.

(Dans le commerce, également comme C. Clément, Neumann Frères).

Clément. Charles Clément, armurier de Liège, breveta en 1903 (brev. angl. 5180/1903) un ingénieux pistolet automatique à culasse non calée, au canon fixe. Le canon et le ressort récupérateur étaient cachés dans un logement fixe uni à la carcasse au moyen de deux vis qui s’engageaient dans un montant formé par l’angle postérieur gauche de la carcasse. La culasse était légèrement désaxée, de façon à laisser de la place à ce montant et se trouvait en arrière du logement que nous avons évoqué plus haut. Ce pistolet couramment nommé „Modèle 1903“ était prédisposé à recevoir la cartouche 5 mm née avec le pistolet Charola-Anitua. Ces munitions étaient fabriquées en Belgique et Clément les adopta; étant donné que son pistolet vécut plus longtemps que le Charola, la cartouche fut finalement connue sous le nom de Clément 5 mm.

En 1907, Clément réélabora le projet et le transforma en rendant le montant plus robuste et en le plaçant au centre de la carcasse. La culasse munie de nombreuses cannelures latérales pour faciliter la prise fut fendue au centre, de façon à passer autour du montant. La partie antérieure de la culasse formait un prolongement qui s’engageait dans le logement du ressort récupérateur. L’arme était produite dans les calibres 6,35 mm et 7,65 mm et fut appelée „Modèle 1907“.

En 1908, une nouvelle version de 6,35 mm fut mise en vente. Les variantes principales concernaient la forme de la poignée qui avait maintenant des bords parallèles et non plus coniques, et la sûreté du chargeur. Dans les modèles précédents, cette sûreté avait la forme d’un bouton-poussoir monté sur le bord interne de la crosse; il se trouvait maintenant sur le flanc de la crosse.

En 1910, Clément breveta un nouveau projet (Brev. angl. 14996/1909) qui rendait le modèle plus rationnel. Le logement du canon et le canon lui même formaient un élément unique, fixé au même montant central, mais bloqué par un arrêt en forme de crochet commandé par le pontet. En désengageant le pontet de la crosse et en le tirant en avant et vers le bas, l’élément formé par le canon se débloquait et basculait verticalement autour de la goupille, ce qui permettait l’accès à la culasse pour la nettoyer.

Le produit final de Clément fut le „Modèle 1912“; après quoi il abandonna ses brevets et fabriqua une arme à culasse non calée de 6,35 mm de facture courante, semblable au Browning 1906, sauf qu’il n’y avait pas de sûreté de poignée.

Cette arme fut produite en peu d’exemplaires et les prototypes examinés présentent une série de variantes mineures. Un de ces prototypes présente un canon bloqué par un collier fixé à la bouche et vissé à la carcasse; un autre a la glissière du type courant complètement enveloppante, avec la partie supérieure encaissée dans la culasse, tandis qu’un troisième modèle présente une glissière dont la partie supérieure est totalement lisse. Certains sont marqués „Clement’s Patent“; d’autres portent la marque „Modèle 1912 Brevet 243839“. On pense qu’à l’époque où ce pistolet était prêt pour la production, Clément s’était déjà retiré ou était déjà décédé, et que les Frères Neumann avaient repris l’entreprise, y compris l’amorçage de l’affaire et les brevets. Mais la société ne survécut pas l’occupation allemande de Liège et aucun pistolet Clément ne fut produit après 1914. La marque „Clément“ fut également appliquée à un revolver produit en petites quantités par les Frères Neumann entre 1912 et 1914. C’était pratiquement une copie du Police Positive Colt, calibre .38 Spécial, reconnaissable grâce au monogramme de Clément („CC“ entrelacés) imprimé sur les poignées.

Clément-Fulgor. On sait très peu de choses sur ce pistolet qui n’apparut que sur quelques publicités des Frères Neumann; c’était un 7.65 mm à culasse non calée, basé sur le Browning 1903 qui ne présentait aucune caractéristique Clément. On pourrait le considérer comme un 7,65 mm équivalent au „Modèle 1912“ de Clément. La production commença, semble-t-il, en 1913, et étant donné les événements de l’année suivante, la production n’atteignit jamais des quantités importantes.

Clement Charles

Il s’agit d’un revolver GUARDIAN bien sur identifiable par la bande "THE GUARDIAN MODEL OF 1878" gravée sur la barillet et qui est une marque déposée à Liège le 27.12.1880 par CLEMENT CPJ à Liège NEUMANN Frères successeurs.

L’arme en elle-même est assez courante et a souvent été identifiée sur le site.

Ajoutons simplement que le canon est à huit pans alors que d’autres sont ronds et que la baguette d’extraction est manquante.

Les poinçons

Guère de poinçons visibles sur les photos, j’ai vu un T étoilé qui est la contremarque du contrôleur du banc d’épreuves de Liège et qui a été en usage de 1877 à 1968.

Manque à l’appel le poinçon d’acceptation ELG étoilé dans un ovale ?

GG

Clement Charles

Cette arme est un revolver de type "puppy" (mini bull-dog) à détente repliable.

Ce type d’arme a été fabriqué en centaines de milliers d’exemplaires par l’armurerie liégeoise.

Clément Charles

Modèle "Guardian"

Revolver “THE GUARDIAN AMERICAN MODEL OF 1878”, marque déposée par Fagnus A. & Clément C. le 27 décembre 1880, pour cartouches à broche de 12 mm, 6 coups, simple et double action.

D’après les marques d’épreuve : ELG dans un ovale couronné et B étoilé,  production postérieure à 1893 (Clément Charles).

Mécanique impeccable, on ne peut en dire autant de l’aspect extérieur, les plaquettes de poignée ont été refaites. On distingue encore le marquage The Guardian american model of 1878 sur le barillet

HPH

Clément 1903-1907 "transition"

Clément 1907

Cal. .25

 

Clément 1909

Cal .25

  

Clément 1912

Cal .25

 

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"