Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Les revolvers Bull Dogs de Charles Philibert Clément

Clement Arms Co Bull Dogs

 

Clément (sous toutes réserves)

Voici un revolver à percussion, copie de Colt Pocket 1849, si je vois bien en calibre 31, peut-être de fabrication belge. On pense par exemple à Clément.

Ce qui est sûr, c’est qu’il a été écoulé sur le marché ottoman via le revendeur Nikitits Erben de Constantinople. On trouve sur la toile d’autres armes vendues par cette société, semble-t-il active de 1850 jusqu’au moins la 1ère GM.

L’état général de l’arme et les photos transmises ne me permettent hélas pas de déceler un quelconque poinçon du Banc d’Epreuves de Liège.

Mais un membre de l’équipe apporte des précisions à ce sujet, et sur les copies de Colt en général.

« La très grande majorité des Brooklyn Bridge ne portent pas de poinçons du BE, et ceux qu'on y trouve parfois sont généralement aussi fantaisistes que les A couronnés et les autres marquages (ovale avec lettres autres que ELG et sans *, ou les lettres ELG dans un cercle frappées sur l'avant de la console du canon comme rencontré jadis sur une copie de Walker par ex). J'ignore le pourquoi du comment.

Les "experts" du site de vente CataWiki vantaient récemment un "Colt Navy 1851" arborant fièrement l'adresse "Address Col Saml Colt London" (le texte est juste) sur le pan supérieur du canon, en caractères du bon modèle, mais trop grands et frappés dans le mauvais sens (les marquages Colt sont toujours frappés dans le sens bouche-tonnerre).

Cette arme avait également un pontet très éloigné de celui des 4 variantes Colt existantes de ce modèle, et en fer au lieu de laiton, avec des plaquettes de crosse "en os" selon ces experts. Selon moi, ces plaquettes sont en résine de copal, mais bon. Les plaquettes Colt standard pour ce modèle sont en noyer monobloc, et sur demande soit en bois de rose, nacre, ivoire, plus rarement gutta percha, bois de chêne provenant du Charter Oak ou Tiffany tarabiscotées, mais jamais en os, résine ou même corne. J'ai fait la remarque, mais on n'a pas jugé utile de me répondre... »

GP avec l’aide de HPH et MC.

Revolver "Colt Breveté Brooklyn Bridge" 5 coups en calibre 31 avec canon de 6 pouces.

Signé I. Nixitis Erben Constantinople.

Longueur 30,5 cm.

Barillet avec "scène du pont de Brooklyn".

Barillet signé sur 3 côtés: I. Nixitis Erben Constantinople / Marque de Fabrique / Fabrication de pistolets de qualité.

Avec mes remerciements à Bolkantiques pour ces très belles photos.

Clément Charles Philibert

Lefaucheux Guardian

Revolver Guardian identifiable par la bande "The Guardian model of 1878" gravée sur la barillet et qui est une marque déposée à Liège le 27.12.1880 par Clément CPJ à Liège Neumann Frères successeurs.

Ajoutons simplement que le canon est à huit pans alors que d’autres sont ronds.

Alain

Clément Charles Philibert

Il s’agit d’une carabine de salon ou de jardin à percussion centrale ou annulaire (non visible sur la demande ?). La platine est de type Warnant. Le canon est à 8 pans. La crosse anglaise me semble être en bois fruitier ?

L’arme porte des poinçons du banc d’épreuves de Liège, soit :

ELG* dans un ovale couronné : (si bien lu ?) Acceptation définitive en usage de 1893 à 1968.

Perron : inspection, en usage de 1853 à nos jours.

C* : contremarque du contrôleur, en usage de 1877 à 1968.

L’arme porte également les marques suivantes :

C. Clément Liège : marque du fabricant Charles Clément, rue Chéri, 37 à Liège. Actif de 1883 à 1912. Auteur de 35 brevets d’inventions et de perfectionnements. Il déposera également 14 marques de fabrique.

LLA ou H ? : En toute hypothèse marque du fabricant de canons de fusils Laurent Lochet Habran de Jupille.

ML : Hypothèse marque du revendeur Manufacture liégeoise d’armes à feu ??

GG

Clément Charles Philibert

Voici un revolver de qualité moyenne à cinq coups de calibre non communiqué, copie de modèles Colt, affublé de marques déposées par Charles Clément en 1893.

Les marquages

ELG sur étoile dans ovale sous couronne : acceptation entre le 11 juillet 1893 et le 26 février 1968

F sous étoile : contremarque du contrôleur entre 1877 et 1968

The White House : marque déposée par Charles Clément le 21 juin 1893

The Washington 38 : marque déposée par Charles Clément le 21 juin 1893

Sous réserve étant donné la qualité de la photo : C Clemen(t)s Arms Manufacturers

Il s’agit en fait d’une copie de revolvers Colt, soit le Colt New Line fabriqué entre 1873 et 1884, soit le Colt New Police Cop & Thug (aussi appelé House Pistol et New Line Police) fabriqué entre 1882 et 1886.

Charles Clément a été inscrit au Banc d’épreuves de Liège de 1906 à 1914. Il a déposé de 1883 jusqu’à son décès pas moins de 35 brevets pour revolvers, pistolets et carabines, et 14 marques de fabrique entre 1893 et 1912.

Le CT sur la plaquette de crosse pose toujours question : CT pour ClémenT ?

GP avec l’aide de PHL, MD et RD

Clément Charles Philibert

Il s’agit d’un revolver de poche liégeois, à percussion centrale, de type BULL-DOG L’arme est entièrement chromée. Le canon est rond et court, le guidon est en demi-cercle. Le barillet est cannelé et à (semble-t’ il) 6 coups (non visible sur les photos) tout comme le calibre. La baguette pivote sur un axe et peut ainsi être introduite dans chaque chambre pour le déchargement. L’alimentation se fait par la portière latérale. La détente est courbe sous un pontet ovale surdimensionné ! Les crossettes sont en bakélite (me semble-t’ il ?). Elles sont maintenues par une vis centrale et deux rosettes rondes.

Les poinçons

Deux poinçons du banc d’épreuves de Liège sont visibles, à savoir :

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

Lettre Q (P inversé) étoilée : contremarque du contrôleur, en usage de 1877 à 1968.

Il manque la marque ELG* dans un ovale couronné qui est la marque d’acceptation définitive, en usage de 1893 à 1968.

Les marques

Marque CC inversés : marque de fabrique de Clément Charles, rue Chéri à LI7GE.

Marque canons croisés traversés par une flèche et initiale MF : marque de la Manufacture d’armes et Cycles de St Etienne (France) qui était de toute évidence cliente (en gros) de Clément !!

Elle a vraisemblablement revendu cette arme en y mettant sa marque ! C’était une pratique courante à l’époque de se faire livrer des armes sans marques afin d’y apposer la sienne.

GG

Clément Charles Philibert

Ce revolver est une copie bon marché, non autorisée, faite en Belgique par Charles Clement, et surnommée «Brooklyn Bridge» par les collectionneurs.

Cette arme n’a RIEN à voir avec la guerre de Sécession, et je doute qu’un soldat confédéré qui a échappé à la fin de la guerre ait pu avoir un tel revolver en sa possession – sauf s’il a vécu assez longtemps – car ces exemplaires bon marché ne sont apparus qu’au début des années 1890, lorsque les collectionneurs ont commencé à s’intéresser aux souvenirs de la guerre de Sécession.

Ils ont été fabriqués par différents armuriers belges. Aucune de ces armes, cependant, n’a servi dans aucune armée au monde: ils ont été faits pour les tireurs amateurs et les collectionneurs, pas même pour l’exportation.

Ainsi, les quelques exemples que vous trouverez aux Etats-Unis ou dans d’autres pays, ont presque été apportés là-bas par des collectionneurs qui avaient visité la Belgique, ou par des immigrés belges.

Ces armes ont été fabriquées en différents calibres (. 28, . 36 ou 35, . 44) et avec des barillets de différentes longueurs.

Les poignées sont fabriquées en bois, ou plus souvent en résine Copale du Congo (Le copale est en fait de l'ambre jeune).

La qualité de la fabrication et de la gravure est plutôt médiocre. Malgré leur piètre qualité, ces armes remportent un certain succès puisqu’elles sont vendues pendant plus de 25 ans.

Selon certains auteurs, la production a cessé au début de la Première Guerre mondiale et n’a jamais repris; selon d’autres sources, certaines ont été fabriquées jusqu’aux années 1930 pour le marché allemand, pour être réexportées vers les pays africains.

On ne le saura probablement jamais avec certitude.

Bien qu’ils aient été fabriqués par différents fabricants d’armes (C. Clement, Clement & Rongé, JJ Rongé, Dumoulin, Schwarzenberg et bien d’autres fabricants non identifiés), ils présentent tous une scène presque identique sur le barillet représentant un pont sur une rivière, un train sur le pont et quelques bateaux sur la rivière. Comme le pont représenté évoque le pont de Brooklyn, les collectionneurs ont commencé à surnommer ces revolvers «Brooklyn Bridge». Il n’y a cependant aucune preuve à l’appui de ce surnom.

La plupart des marquages sont totalement faux: la «couronne sur A», les clés croisées et d’autres mentions comme «cap system. . . etc» sont fantaisistes et totalement non officielles.

En fait, la plupart de ces armes n’ont jamais été éprouvées et ont été plus mortelles pour leurs utilisateurs que pour leurs cibles.

Ils sont encore relativement faciles à trouver aujourd’hui dans les bourses aux armes belges et françaises ; la plupart du temps en mauvais état et à des prix très bas.

 

CEPENDANT

 

Ces copies bon marché ne doivent pas être confondues avec ce que nous appelons les vrais "COLT BREVETE", qui étaient des copies de qualité supérieure fabriquées sous licence dans les années 1850. Colt avait couvert certains de ses brevets en Belgique, mais il ne protégea pas son brevet de 1835 et de nombreux armuriers belges commencèrent à copier ses revolvers.

C’est pourquoi, dans un souci de qualité, il est venu à Liège et a concédé à 11 armuriers liège une licence pour fabriquer des copies de ses armes. Tous les exemplaires sous licence portent la mention officielle «Colt Breveté» en 2 lignes sur le canon.

Je vous conseille de lire l’excellent livre «Colt Breveté Revolvers» de Roy Marcot & Ron Paxton (Northwood Heritage Press, Tucson, AZ) sur Colt Brevetés et Revolvers Confédérés. Contact Roy Marcot: 12655 E. Horsehead Road, Tucson AZ 85 749, téléphone (520) 906-0716, courriel : roymarcot @msn.com.

Marcel

 

Clément Charles Philibert

A l’évidence il s’agit d’une copie (Cap & Ball) du revolver Colt 1853 fabriqué par la firme liégeoise "Cléments Arms C°"

 Les plaquettes de crosse ne me semblent pas d’origine ?

Le barillet à 6 coups est lisse et à percussion centrale.

Les poinçons sont difficiles à déchiffrer.

Je pense sans certitude avoir repéré les lettres AH couronnées qui appartiendraient au contrôleur du banc d’épreuves liégeois valable de 1877 à 1968 ?

L’arme porte donc un marquage très peu lisible (Cléments Armes C°), lequel appartiendrait au fabricant liégeois bien connu à l’époque soit Charles Clement rue Chéri, 37 à Liège.

Il fut actif de 1883 à 1912 (année de son décès). Il était l’auteur de 35 brevets et 14 marques de fabrique.

L’arme porte également les marques :

A couronné : signification ignorée ?

3707 : numérotation de l’arme.

GG

Clément Charles Philibert

Voici un revolver de bonne facture, de calibre .320 à cinq coups, canon rond, détente pliable, portant sur les plaquettes les lettres CC entrelacées de Charles Clément.

Les marquages

R couronné : canon rayé, de 1894 à 1968

ELG sur étoile dans ovale couronné : acceptation entre 1893 et 1968

W sous étoile : contremarque de contrôleur de 1877 à 1968

C sous couronne : non identifié, peut-être la marque du fondeur ?

17345 : sans doute le numéro de fabrication

Charles Philibert Joseph Clément, fabricant d’armes, rue Chéri 37 à Liège a été inscrit au Banc d’épreuves de Liège de 1906 à 1914. De 1883 à 1912, année de son décès, il  a déposé pas moins de 35 brevets, mais à priori, aucun ne semble concerner l’arme présentée ici. Il a également déposé 14 marques de fabrique entre 1893 et 1912.

GP

Charles CLEMENT (Peut-être !)

L’arme

Revolver à percussion centrale et à cadre fermé de type VELO-DOG. Le canon est à huit pans avec guidon demi-lune. Le long barillet est cannelé. Il comporte 5 chambres de calibre 6mm vélo-dog . Le chien à boule ne comporte pas de crête. La baguette pivote sur un axe et sert au désarmement du barillet.

L’alimentation se pratique par une portière placée sur le flanc droit et s’abaissant grâce à l’action d’un ressort interne.

La détente est droite, sans pontet, elle se replie sous la carcasse.

Les plaquettes sont constituées de ce qui semble être du caoutchouc durci et quadrillé. Elles sont réunies par une vis et deux rosettes en laiton.

Les poinçons

Il s’agit des poinçons du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre sans fumée, en usage de 1898 à 1968.

AL étoilés : contremarque du contrôleur post 1877.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

Les marques

L couronné : cette marque n’appartient pas au banc d’épreuves et résiste à l’identification, depuis longtemps. Il s’agit peut-être d’une marque de fonderie ?? 

Deux cercles entrelacés : je suis certain de connaître cette marque mais pas moyen de m’en rappeler exactement. Il est possible, sous toutes réserves, que ce soit une marque de Charles CLEMENT.

GG

 

Cette marque ressemble de plus à la marque des français Goupillat et Gévelot que voici :

Charles CLEMENT

Revolver liégeois CAP & BALL imitant le célèbre COLT NAVY 1851, bien qu’il n’y ait pas de photo de l’arme complète.

La gravure du barillet représente une évolution de navires devant un pont qui a donné à cette arme la dénomination assez fantaisiste de "BROOKLYN BRIDGE" dans le monde des collectionneurs.

Les poinçons

L’arme porte les marquages du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

A étoilé : contremarque du contrôleur post 1877.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

A couronné et Y couronné : la présence de ces deux poinçons (contremarque du contrôleur en usage de 1846 à 1877) est assez anachronique. Cette arme a peut-être récupéré un ancien barillet et est repassé au banc d’épreuves mais ce n’est qu’hypothèse ?

Manque à l’appel le poinçon ELG sur étoile dans un ovale couronné ou non ?

Les marques

38 CAL : indique le calibre de l’arme.

18 : est vraisemblablement un numéro de série.

Les marques CLEMENT ARMS C°  et CAP SYSTEM MANUFACTURES BY C. CLEMENT: indiquent que cette arme est sortie des ateliers de Charles CLEMENT fabricant d’armes rue Chéri à LIEGE.

GG

Clement Charles Ph.

Rue Chéri, 20b – Liège

Né à DOUR le 16.05.1846 et décédé à Liège le 13.05.1913.

Inscrit au banc d’épreuve de : 1905 à 1954

CLEMENT, Charles vient de FAGNUS et CLEMENT – en 1899 reprend NOSSENT L & S

Repris en 1954 par NEUMANN Frères.

 Il dépose le 19 novembre 1908, au greffe du Gouvernement provincial de Liège, une demande de brevet belge pour une arme automatique (n°212.172) dont le fonctionnement est basé sur le principe du verrouillage par inertie. Un peu moins de 2 ans plus tard, le 26 septembre 1910, le brevet principal de 1908 est complété par un brevet de perfectionnement pour cette même arme (n°229.440). C'est sous l'appellation de carabine semi-automatique Clément-Neumann, calibre .401 W.S.L., que l'on retrouve cette arme dans le catalogue Alfa de 1911.

Armes fabriquées: Clement 1903/1907/1908/1910/1912/Clement revolver, Clement Fulgor

 

 CLEMENT Charles Philibert Joseph

Fabricant d’armes

Rue Chéri, 29bis  Liège  (21/06/1893)

Rue Chéri, 47  Liège  (16/10/1895-1904)

Rue St-Gilles, 158  Liège  (1901)

Rue Chéri, 39  Liège  (1903)

Rue Chéri, 37  Liège  (08/1909-13/09/1912)

Dépôt marque de fabrique

            N° 619 – Liège 21/06/1893

            N° 620 – Liège 21/06/1893

            N° 760 – Liège 16/10/1895

Achat du brevet n° 165988 du 27/09/1902 à WARNANT-CREON Julien – armurier – à Liège, en date du 31/10/1902  (acte annexé au brevet ci-dessus)

35 brevets déposés en Belgique concernant des revolvers, pistolets et carabines

 La marque FULGOR a été déposée le 27.11.1912 par Charles Philibert CLEMENT qui est décédé la même année.

GG et MD

Charles Clément

Il s’agit effectivement d’un pistolet automatique FULGOR, tout acier, démontable simplement et rapidement. Il pèse 300 grammes.

Cette arme est la dernière arme inventée par Charles CLEMENT fabricant d’armes à LIEGE, avant sa mort.

L’arme qui semble avoir connu des jours meilleurs, porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de LIEGE, à savoir :

ELG étoilé dans un ovale couronné : acceptation post 1893.

AL accolés et étoilés : contremarque du contrôleur post 1877.

Perron : inspection post 1853.

R couronné : canon rayé, en usage de 1894 à 1968.

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre sans fumée, en usage de 1898 à 1968.

GG

CLEMENT Lucien

Fabricant d’armes

Rue Chéri, 47  Liège  (09/09/1897)

Nessonvaux  (1914)

Dépôt marque de fabrique

            N° 831 – Liège 09/09/1897

            N° 914 – Liège 10/04/1899

            N° 952 – Liège 19/10/1899

 

CLEMENT Mme veuve, née DOLMANS J.

Rue Forgeur, 5  Liège  (1913-1914)

4 brevets déposés avec Victor LOISELET

 

CLÉMENT par Hogg

Charles Ph. Clément, Liège, Belgique.

(Dans le commerce, également comme C. Clément, Neumann Frères).

Clément. Charles Clément, armurier de Liège, breveta en 1903 (brev. angl. 5180/1903) un ingénieux pistolet automatique à culasse non calée, au canon fixe. Le canon et le ressort récupérateur étaient cachés dans un logement fixe uni à la carcasse au moyen de deux vis qui s’engageaient dans un montant formé par l’angle postérieur gauche de la carcasse. La culasse était légèrement désaxée, de façon à laisser de la place à ce montant et se trouvait en arrière du logement que nous avons évoqué plus haut. Ce pistolet couramment nommé „Modèle 1903“ était prédisposé à recevoir la cartouche 5 mm née avec le pistolet Charola-Anitua. Ces munitions étaient fabriquées en Belgique et Clément les adopta; étant donné que son pistolet vécut plus longtemps que le Charola, la cartouche fut finalement connue sous le nom de Clément 5 mm.

En 1907, Clément réélabora le projet et le transforma en rendant le montant plus robuste et en le plaçant au centre de la carcasse. La culasse munie de nombreuses cannelures latérales pour faciliter la prise fut fendue au centre, de façon à passer autour du montant. La partie antérieure de la culasse formait un prolongement qui s’engageait dans le logement du ressort récupérateur. L’arme était produite dans les calibres 6,35 mm et 7,65 mm et fut appelée „Modèle 1907“.

En 1908, une nouvelle version de 6,35 mm fut mise en vente. Les variantes principales concernaient la forme de la poignée qui avait maintenant des bords parallèles et non plus coniques, et la sûreté du chargeur. Dans les modèles précédents, cette sûreté avait la forme d’un bouton-poussoir monté sur le bord interne de la crosse; il se trouvait maintenant sur le flanc de la crosse.

En 1910, Clément breveta un nouveau projet (Brev. angl. 14996/1909) qui rendait le modèle plus rationnel. Le logement du canon et le canon lui même formaient un élément unique, fixé au même montant central, mais bloqué par un arrêt en forme de crochet commandé par le pontet. En désengageant le pontet de la crosse et en le tirant en avant et vers le bas, l’élément formé par le canon se débloquait et basculait verticalement autour de la goupille, ce qui permettait l’accès à la culasse pour la nettoyer.

Le produit final de Clément fut le „Modèle 1912“; après quoi il abandonna ses brevets et fabriqua une arme à culasse non calée de 6,35 mm de facture courante, semblable au Browning 1906, sauf qu’il n’y avait pas de sûreté de poignée.

Cette arme fut produite en peu d’exemplaires et les prototypes examinés présentent une série de variantes mineures. Un de ces prototypes présente un canon bloqué par un collier fixé à la bouche et vissé à la carcasse; un autre a la glissière du type courant complètement enveloppante, avec la partie supérieure encaissée dans la culasse, tandis qu’un troisième modèle présente une glissière dont la partie supérieure est totalement lisse. Certains sont marqués „Clement’s Patent“; d’autres portent la marque „Modèle 1912 Brevet 243839“. On pense qu’à l’époque où ce pistolet était prêt pour la production, Clément s’était déjà retiré ou était déjà décédé, et que les Frères Neumann avaient repris l’entreprise, y compris l’amorçage de l’affaire et les brevets. Mais la société ne survécut pas l’occupation allemande de Liège et aucun pistolet Clément ne fut produit après 1914. La marque „Clément“ fut également appliquée à un revolver produit en petites quantités par les Frères Neumann entre 1912 et 1914. C’était pratiquement une copie du Police Positive Colt, calibre .38 Spécial, reconnaissable grâce au monogramme de Clément („CC“ entrelacés) imprimé sur les poignées.

Clément-Fulgor. On sait très peu de choses sur ce pistolet qui n’apparut que sur quelques publicités des Frères Neumann; c’était un 7.65 mm à culasse non calée, basé sur le Browning 1903 qui ne présentait aucune caractéristique Clément. On pourrait le considérer comme un 7,65 mm équivalent au „Modèle 1912“ de Clément. La production commença, semble-t-il, en 1913, et étant donné les événements de l’année suivante, la production n’atteignit jamais des quantités importantes.

Clement Charles

Il s’agit d’un revolver GUARDIAN bien sur identifiable par la bande "THE GUARDIAN MODEL OF 1878" gravée sur la barillet et qui est une marque déposée à Liège le 27.12.1880 par CLEMENT CPJ à Liège NEUMANN Frères successeurs.

L’arme en elle-même est assez courante et a souvent été identifiée sur le site.

Ajoutons simplement que le canon est à huit pans alors que d’autres sont ronds et que la baguette d’extraction est manquante.

Les poinçons

Guère de poinçons visibles sur les photos, j’ai vu un T étoilé qui est la contremarque du contrôleur du banc d’épreuves de Liège et qui a été en usage de 1877 à 1968.

Manque à l’appel le poinçon d’acceptation ELG étoilé dans un ovale ?

GG

Clement Charles

Cette arme est un revolver de type "puppy" (mini bull-dog) à détente repliable.

Ce type d’arme a été fabriqué en centaines de milliers d’exemplaires par l’armurerie liégeoise.

Clément Charles

Modèle "Guardian"

Revolver “THE GUARDIAN AMERICAN MODEL OF 1878”, marque déposée par Fagnus A. & Clément C. le 27 décembre 1880, pour cartouches à broche de 12 mm, 6 coups, simple et double action.

D’après les marques d’épreuve : ELG dans un ovale couronné et B étoilé,  production postérieure à 1893 (Clément Charles).

Mécanique impeccable, on ne peut en dire autant de l’aspect extérieur, les plaquettes de poignée ont été refaites. On distingue encore le marquage The Guardian american model of 1878 sur le barillet

HPH

Clément 1903-1907 "transition"

Clément 1907

Cal. .25

 

Clément 1909

Cal .25

  

Clément 1912

Cal .25

 

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"