Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

Bettonville - Fontaine (peut-être)

Il s’agit d’un revolver à percussion centrale de type "Bull-Dog" d’origine liégeoise. Le barillet lisse est à 6 coups. Le chargement/déchargement des cartouches puis des douilles se pratique par une portière sur le flanc droit de l’arme. La détente est courbe sous pontet ovale. Le canon vraisemblablement rayé est court et rond avec un guidon en demi-lune. Les crossettes quadrillées sont du genre « ébène ou faux ébène ». Elles sont fixées par une vis centrale et deux rosettes en laiton.

Cette arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG* dans un ovale vertical : acceptation définitive, en usage de 1846 à 1893.

P* : contremarque du contrôleur, en usage de 1877 à 1968.

L’arme porte également les marques suivantes sur un montant de crosse :

S.A. : sous-traitant non identifié.

B&F couronné est la marque du fabricant qui pourrait être (sans aucune certitude) Bettonville-Fontaine actifs à Liège fin du 19e siècle et dont nous avons très peu de renseignements.

FF : sous-traitant non identifié.

A l’époque, l’arme passait dans les mains de différents corps de métiers de l’armurerie et les moins importants laissaient un marque souvent non identifiée sur l’arme.

GG

Bettonville - Fontaine (peut-être)

Revolver liégeois de type BULL-DOG à 5 coups de calibre 320 ou 380.

L’alimentation se fait par une portière latérale et le déchargement à l’aide d’une baguette amovible. Les poignées semblent être en os. Le barillet n’est pas cannelé.

Le canon à 8 pans porte un guidon en demi-lune placé au centre du canon.

Le placement étonnant du guidon s’explique simplement. En effet les armuriers liégeois de l’époque exportaient la majorité de leur production notamment vers l’Amérique du Sud.

Précisément là (Brésil Uruguay Paraguay  ?) où la loi interdisait le port d’armes courtes facilement dissimulables. Dès lors quoi de plus facile de détourner la loi que d’exporter des armes à canon long et de recouper ceux-ci à hauteur du guidon une fois la douane franchie.

Autres temps autres mœurs.

Il porte également d’autres marques plus difficiles à identifier tant la multitude de marques d’armuriers déposées ou non est grande.

HV et JT sont vraisemblablement des marques d’atelier ou de sous-traitant tandis qu’à mon avis B&F couronné est la marque du fabricant. Malheureusement, aucun fabricant de cette époque ne correspond à notre connaissance à ce sigle. Eventuellement BETTONVILLE - FONTAINE actifs à Liège fin du 19e siècle et dont nous avons très peu de renseignements.

GG

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"