Les plus belles réalisations de cet artisan, et bien d’autres encore, se trouvent dans le livre "Les armuriers Liégeois à travers leurs réalisation. 1800 - 1950".

Pour tous les détails voir : LES ARMURIERS LIEGEOIS

BERNARD Emile & Cie

Il s’agit d’un fusil de chasse de type « hammerless » avec platine carrée et clé top lever ! Les canons sont juxtaposés et lisses de calibre 12. La crosse est façonnée à l’anglaise. Le pontet protège une double détente.

L’arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG* dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

12C dans un losange : calibre, en usage de 1898 à 1924.

Perron : inspection, en usage de 1853 à nos jours.

EL en lettres anglaises : épreuve provisoire, en usage de 1852 à nos jours.

P* et R* : contremarques des contrôleurs, en usage de 1877 à 1968.

D= 70/20.6 : longueur de la chambre en mm et diamètre en mm après épreuve facultative à la poudre sans fumée. En usage de 1892 à 1924.

P = 1K290 : poids du canon pouvant tirer des poudres sans fumée (armes lisses) au gramme près. En usage de 1924 à nos jours.

CHOKE 17.3/18.3 et 17.5/18.3 : canons chokés, calibrés en mm à 22 cm de la culasse et à la bouche. En usage de 1910 à 1924.

L’arme porté également les marquages suivants :

LIEGE SPECIAL E. BERNARD : type d’arme et fabricant soit BERNARD E &  Cie rue Mont St Martin, 54 de 1900 à 1935.4 brevets déposés sur la période.

GG

BERNARD Emile & Cie

La Manufacture d’armes BERNARD Emile et compagnie, société en commandite simple, rue Mont Saint Martin, 54 était inscrite au banc d’épreuves liégeois de 1900 à 1919.

Elle succédait ainsi à Ferdinand DRISSEN (maison fondée en 1845) et se distingua par de nombreux prix dont un grand prix et diplôme d’honneur à MILAN en 1905, un grand prix à BORDEAUX en 1907, ainsi qu’un grand prix à l’exposition internationale et universelle de BRUXELLES en 1910.

En 1919, la société changea de raison sociale et devint BERNARD Emile armurier, vraisemblablement parce que Mr BERNARD avait quitté ou perdu ses associés, nous sortions de la première guerre mondiale, ceci explique peut-être cela.

Il restera inscrit au banc d’épreuves jusqu’en 1935 et toujours à la même adresse.

En 1949, l’entreprise s’établit au 56 puis en 1959 au n° 58 du Mont St Martin sans que l’on puisse dire si la numérotation de la rue a changé ou si l’entreprise a établi ses quartiers dans des maisons voisines.

BERNARD Emile (prénom usuel) se prénommait en réalité Nicolas – Gustave pour l’état civil. Il est né à Liège le 20.061867 et serait décédé en 1935. Il était armurier, fabricant d’armes et borgne de l’œil gauche.

En 1935, vraisemblablement suite au décès de son mari,  M. BERNARD née DEBOR Marie, née à Liège le 15.07.1868 reprend les rênes de la société qui devient Manufacture d’Armes veuve E.BERNARD et reste inscrite au banc d’épreuves jusqu’en 1942.

 

 

Figure n°1 : photographie de BERNARD Emile

 

 

Figure n°2 : photographie de DEBOR Marie

 

Cette société a déposé quatre brevets belges pour :

Ø      Une sûreté applicable à tous les systèmes de revolvers

Ø      Une fermeture applicable aux fusils de tous genres

Ø      Une double gâchette pour arme à feu

Ø      Un fusil hammerless démontable avec BITTINER Carl.

La production de la société

Il est clair que la production était tournée vers les armes de chasse de luxe et de précision, fabriquées dans les meilleurs aciers ECLAIR et ANTINIT.

 

Fig 3 et 4 : catalogue de la société.

Fig 3 et 4 : catalogue de la société.

 

Fig 5 : fusil n° 4782.

 

Fig. 6 : fusil n°4808

 

Fig n° 7 : encart publicitaire de la société.

 Bibliographie

 Le Qui est Qui de l’Armurerie Liégeoise, DRUART M & GADISSEUR G. Editions Atlantica -2005.

Catalogue E.BERNARD  vers 1924.

 GG

 

Emile BERNARD

Fusil de chasse à percussion centrale et à brisure. L’ouverture se pratique à l’aide de la clé pivotante placée sur le pontet. Le système est en principe le même que sur le Lefaucheux mais la clé au lieu d’être placée sur le devant de la bascule se trouve sous la sous-garde. Cette fermeture tout en étant aussi solide que la précédente a l’avantage d’être plus commode à manœuvrer. Les canons damas juxtaposés sont lisses. La crosse en bois de noyer est façonnée à l’anglaise.

L’arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de LIEGE, à savoir :

ELG dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

Perron : inspection en usage de 1853 à nos jours..

EL en lettres anglaises : épreuve provisoire, en usage de 1852 à nos jours.

18.0 – 17.4 : canons chokés. Calibrés en mm à 22 cm de la culasse et à la bouche. En usage du 04.10.1898 au 25.02.1910.

NON POUR BALLE : canons lisses chokés. En usage du 18.04.1878 au 30.01.1897. Je sais qu’il y a discordance de date avec le marquage précédent mais c’est ainsi. Peut-être n’étaient-ils pas trop regardant ?

L’arme porte également les marques suivantes :

Sur la bande des canons : E. BERNARD damasquiné à l’or fin. Il s’agit de la marque du fabricant liégeois Emile BERNARD (Manufacture d’armes) 56 Mont Saint Martin à LIEGE.

E.B. couronné dans un ovale vertical : marque de ce fabricant.

J.BECK Arquebusier à GENEVE  autour des chiens : il s’agit de la marque du revendeur suisse. Il était courant pour les détaillants armuriers étrangers d’acheter les armes à LIEGE (moins chères) les marquer à leur nom pour ensuite les revendre dans leur pays.

CANONNIER (si bien lu ?) en surimpression sur les poinçons liégeois : à l’évidence cette marque est postérieure au passage de l’arme au banc d’épreuves liégeois. Est-elle d’origine suisse ?

GG

Emile BERNARD & C°

Fusil de chasse double hammerless à percussion centrale. Les canons lisses de calibre 12 sont juxtaposés. Les platines sont de types « en avant » elles sont gravées de guirlandes florales.

La crosse n’est pas photographiée en entier, je ne puis donc rien en dire.

Les poinçons

L’arme porte les poinçons réglementaires du banc d’épreuves de Liège, à savoir :

ELG sur étoile dans un ovale couronné : acceptation définitive post 1893.

Perron : inspection post 1853.

J et P étoilés : contremarques des contrôleurs post 1877.

EL en lettres anglaises : épreuve provisoire, en usage de 1852 à nos jours.

12 C dans un losange : calibre, en usage de 1898 à 1924.

PV surmonté d’un lion stylisé : épreuve à la poudre sans fumée, en usage de 1898 à 1968.

D = 70 m/m / 30.8 : longueur de la chambre en mm et diamètre en mm après épreuve facultative à la poudre sans fumée. En usage de 1892 à 1924.

P 1K590.2 : poids du canon pouvant tirer des poudres sans fumée (armes lisses) En usage de 1892 à 1924.

Les marquages

ACIER SPECIAL E. BERNARD + dessin d’un canon. Il s’agit d’une marque de fabrique déposée le 21.03.1903 par la Manufacture d’armes Emile BERNARD & C° à LIEGE rue Mont Saint Martin, 54.

30.262 : numéro de série de l’arme.

Annexe : feuille publicitaire de cette entreprise.

GG

E.BERNARD

Fusil double canons juxtaposés pour munitions à broche, canon signé en or E.BERNARD, longueur 116 cm, calibre 19 mm.

Merci beaucoup à “BOLKANTIQUES” pour les photos.

Bernard E. & Cie

Cette marque appartient sans conteste à BERNARD E. & Cie (BE 1900/1919) société en commandite simple, rue Mont Saint Martin, 54 à Liège.

La société devient ensuite BERNARD E. à la même adresse de 1919 à 1935 et enfin Mde veuve BERNARD E. de 1935 à 1942.Cette société a déposé quatre brevets belges dont un avec BITTINER, Carl.

BERNARD a repris les activités de DRIESEN F (BE 1874/1900) d'où la marque FD dans un losange couronné.

A Liège ces armes sont appelées des "brésiliens" et étaient destinés à l'Amérique du Sud comme armes de traite.

Je n'ai malheureusement pas de catalogue de DRIESEN, celui de BERNARD dont je dispose ne fait référence qu'à des fusils de chasse.

GG

Puppy Bernard

Calibre .320

La marque FD dans un losange est la marque de Fernand Driesen (BE 1874/1900).

Sa compagnie sera achetée par BERNARD E et Cie., rue Mont saint Martin, à Liège, en 1900 et celui-ci gardera la marque de DRIESEN tout en ajoutant apparemment une couronne (voir l'illustration sur le site).

Une firme française fabrique le nécessaire pour recharger ce type de munition

Regardez ici : H & C Collection

 

Fusil BERNARD

Il s’agit d’un fusil de chasse juxtaposé à broche et à double clé Lefaucheux.

Le fabricant est E. BERNARD à Liège et le revendeur BOURGIER Fils à NEVERS.

Les armuriers détaillants français achetaient souvent "en blanc" à Liège et finissaient l’arme chez eux.

Coïncidence avec la marque BF couronné, elle pourrait correspondre à Bourgier Fils, BERNARD quant à lui utilisait la marque FD dans un losange couronné

L’arme porte la mention BERNARD BREVETE, l’intéressé a déposé 4 brevets belges, l’un d’eux portant vraisemblablement sur une amélioration du fusil Lefaucheux devrait correspondre à l’arme qui nous occupe mais il serait souhaitable de pouvoir examiner le brevet pour être certain.

Elle porte également les poinçons du BE de Liège soit :

E étoilé : contremarque du contrôleur – en usage de 1877 à 1968.

EL en lettres cursives : épreuve provisoire, en usage de 1852 à nos jours.

GG

Photos Littlegun

Retour "ARTISANS IDENTIFIES"